Textkit Logo

Le subjonctif imparfait

Textkit is a learning community- introduce yourself here. Use the Open Board to introduce yourself, chat about off-topic issues and get to know each other.

Moderators: thesaurus, Jeff Tirey

Le subjonctif imparfait

Postby Episcopus » Sat Nov 29, 2003 7:10 pm

The french imperfect subjunctive is only used formally and in literature.

For me it is a loser of a 'tense'. French verbs for me are difficulter than latin verbs. At least in latin there is a point to everything and at least I can find the conjugations of irregular verbs' imperfect subjunctives as it is a commonly occurring subjunctive.

In french "Il fallait qu'il parlat", I wrote something like that, and my teacher thought that it was the past historic! Nice one, when it was clearly a subjunctive contruction! And that was with a regular verb. I can't however find the conjugations anywhere, not that I should know. Nor can I find the past historic, which annoys me in french novels.

If you know french, firstly what are your opinions of the imperfect subjunctive? I think, the french never use it in speech as they have to maintain their insanely fast vocal pace so that no one understand them! I mean, who wants to say "J'ai voulu que vous dansassiez"? If that be correct! It looks strange! Anyhow also tell me the imp. subj. of faire! Do!
Can't be fusse, as that's of etre.

I'm just going to rant about how deformed and weird french is am I not?
Their verbs are messed. And why do they have a conditional? No wait, they don't like the imperfect subjunctive.
User avatar
Episcopus
Textkit Zealot
 
Posts: 2563
Joined: Sat Jun 14, 2003 8:57 pm

Postby Skylax » Sat Nov 29, 2003 9:37 pm

French imperfect subjunctive is dead. You don't hear it anymore, unless in "Fût-ce..." (sort of "even if it were..."). Sometimes at the radio, they ask for imperfect subjunctives, by shows or contests, where you are rewarded with money when you know it.

To form the imperfect subjunctive, you must start from the past historic : for example, the past historic of "faire" is "je fis", hence the imperfect subjunctive "que je fisse, que tu fisses, qu'il fît (note the circumflex accent), que nous fissions, que vous fissiez, qu'ils fissent".

From "venir" (past historic "je vins") : "que je vinsse, que tu vinsses, qu'il vînt, que nous vinssions, que vous vinssiez, qu'ils vinssent."

Originally, it is the Latin pluperfect subjunctive (FECISSEM, VENISSEM etc.)

Any question?
User avatar
Skylax
Textkit Enthusiast
 
Posts: 672
Joined: Fri Jun 06, 2003 8:18 am
Location: Belgium

Postby Episcopus » Sat Nov 29, 2003 9:57 pm

Thankyou for such an informative insight Skylax. I shall surely learn them, should I encounter any contests!!

I always started from the normal subjunctive in regular verbs i.e (que) Je donne, take the -e off and add -asse, -asses, -at etc.

So in an examination I could bewilder them by answering "la semaine derniere il fallait que je fisse tous mes devoirs!"
User avatar
Episcopus
Textkit Zealot
 
Posts: 2563
Joined: Sat Jun 14, 2003 8:57 pm

Re: Le subjonctif imparfait

Postby mariek » Sun Nov 30, 2003 2:12 am

Episcopus wrote:I can't however find the conjugations anywhere, not that I should know. Nor can I find the past historic, which annoys me in french novels.



You'll find Le Petit Prince choc full of the passé simple. ;)

Here's an excerpt from Le Bon Usage de Maurice Grevisse on endings for l'imparfait du subjonctif. However, if you want to learn the patterns for conjugating all the French verbs, I highly recommend getting a copy of Bescherelle.

If you just need to do a quickie lookup, try : http://www.verbix.com/languages/french.shtml.


§ 774
L'imparfait du subjonctif offre, dans les verbes en -er, les désinences -asse, -asses, -ât, -assions, -assiez, -assent. Dans les autres verbes, la voyelle a de ces désinences est remplacée tantôt par i, tantôt par u, tantôt par in, selon la répartition décrite au § 773.

Hist. -- L'imparf. du subj. dérive de plus-que-parf. du subj. latin : chantasse remonte à cantassem (de cantauissem). L'ancienne langue avait, pour l'imparf. du subj., trois désinences, selon les verbes : -asse, -isse (y compris venisse, remplacé ensuite par vinsse), -usse. À la 1re et à la 2e pers. du plur., les formes avec -iss- étaient les seules existantes au Moyen Âge. Par analogie, l'i de désinence des deux premières pers. du plur. s'est même introduit, surtout au XVIe s., dans les autres personnes pour centains verbes en -er : que je donisse, etc. Comp. §773, Hist. -- Ces formes en -iss- ont subsisté dans les patois, auxquels certaines oeuvres littéraires font une place : Il serait à souhaiter que vous leur DEMANDISSIEZ pardon (Sand, Fr. le champi, XXI). -- Sur la vitalité actuelle du subj. imp., voir §868.


Holler if you're interested in seeing what § 773 has to say...
User avatar
mariek
Global Moderator
Global Moderator
 
Posts: 1387
Joined: Mon Jul 07, 2003 11:19 pm
Location: California

Postby mariek » Sun Nov 30, 2003 2:18 am


Skylax : Thanks for the info. We rely on your expertise with the French language. 8)


Episcopus : Here are some more excerpts from Le Bon Usage. Thought you might be interested...


§ 868
Dans la langue écrit, et surtout dans la langue littéraire, le subjonctif a quattre temps : le présent, le passé, l'imparfait et le plus-que-parfait. Leur usage dans les propositions est régi par ce que l'on appelle la concordance des temps.

...

b) C'est quand le verbe principal est au passé qu'il y a un usage propre à la langue écrite.

Elle emploie l'imparfait quand le subjonctif exprime un fait qui est simultané ou postérieur par rapport au verbe principal :

J'ordonnais, j'ordonnai, j'ai ordonné, j'avais ordonné, quand j'eus ordonné -- qu'il PARTÎT sur le moment, qu'il PARTÎT sans tarder.

...

Si l'on observe l'usage d'aujourd'hui, on doit rejeter comme inexactes deux opinions opposées : l'imparfait et le plus-que-parfait du subjonctif sont morts ; -- leur emploi est obligatoire selon les règles données ci-dessus.

Beaucoup d'écrivains vivants restent fidèles aux deux temps, qui sont comme une marque de la langue littéraire.

... (numerous examples in book) ...

Mais, d'autre part, peu d'auteurs contemporains respectent systématiquement les règles de la concordance, même lorsqu'ils ne font pas parler des personnages ; ils remplacent l'imparfait par le présent et le plus-que-parfait par le passé.

... (numerous examples in book) ...

Sauf cas particuliers (comme peut-être les deux qui viennent d'être mentionnés), l'idée selon laquelle le subjonctif imparfait ou plus-que-parfait serait contraire à l'euphonie est subjective : c'est seulement la rareté de ces formes qui les rend surprenantes, et fascinassions n'est pas moins harmonieux que fascination. -- C'est aussi leur rareté qui les rend difficiles, et non leur difficulté qui les rend rares.

Quoique les attestations reproduites ci-dessus ne proviennent par toutes de textes littéraires stricto sensu, on peut dire que, dans les écrits non littéraires, dans un rapport par ex., le subjonctif imparfait est rare, sauf peut-être certaines formes, comme celles d'avoir et d'être (et par conséquent le plus-que-parfait de tous les verbes, notamment avec la valeur de conditionnel passé : § 865, e, 1°) ou la 3e personne du singulier des autres verbes. Parmi les expressions particulières, fût-ce, ne fût-ce que et plût au ciel ont encore une assez grande vitalité.

Quant à la langue parlée, elle a perdu tout à fait ces deux temps, sauf dans le Midi.
User avatar
mariek
Global Moderator
Global Moderator
 
Posts: 1387
Joined: Mon Jul 07, 2003 11:19 pm
Location: California


Return to Open Board

Who is online

Users browsing this forum: No registered users and 19 guests